Retrait des panneaux-réclames sur Le Plateau Mont-Royal – Une première canadienne qui devrait être imitée?

La résolution « visant l’enlèvement des enseignes publicitaires sur l’ensemble du territoire de l’arrondissement » du Plateau-Mont-Royal a été adoptée hier.

« Chaque panneau rapporte moins de 1000 $ par année en taxes à la Ville centre. C’est des peanuts par rapport à l’importance qu’ils ont dans nos vies de tous les jours et par rapport aux profits que réalisent ces grandes entreprises », a dénoncé Alex Norris, conseiller du Mile End et responsable du dossier. « Les principaux bénéficiaires de cet arrangement sont une poignée de puissantes entreprises publicitaires. Les perdants, ce sont les citoyens qui doivent regarder ces laideurs au quotidien. C’est un très mauvais deal pour les Montréalais » ajoutait celui-ci.

Le Vermont, le Maine et São Paulo sont montré comme exemple par Alex Norris. « Nos recherches nous indiquent qu’aucune ville canadienne et aucun arrondissement montréalais n’ont encore agi de façon aussi complète pour bannir et faire enlever les panneaux-réclames de leur territoire. Je leur lance un défi aujourd’hui : imitez-nous et faisons de Montréal une ville sans panneaux-réclames » Site de l’arrondissement Mont-Royal

Il semble que la nouvelle administration du Plateau  mont-Royal ne s’intéresse pas qu’à la pollution sonore, mais aussi à la pollution visuelle.  Par contre, le porte-parole du Regroupement de l’industrie de l’affichage extérieur au Québec, Jeannot Lefebvre,  ne l’entend pas de cette façon et compte bien lutter jusqu’au bout. «Il y a des structures qui sont en place depuis les années 50. Il y a des droits acquis. C’est sûr que nous prendrons tous les moyens pour nous faire entendre et que nous allons nous défendre pour faire reconnaître nos droits» affirmait M. Lefebvre à Devoir, qui n’écartait pas une contestation du règlement devant les tribunaux.

L’aministration Tremblay ne compte pas intervenir à ce niveau: «Depuis quelques semaines, tout ce que cette administration de Projet Montréal fait, c’est d’interdire des choses», a raillé son porte-parole Darren Becker à La Presse. Il est vrai que la ville ne  se contente que d’interdire l’affichage sauvage

Source: Gabor Szilasi, Coin du boulevard Saint-Laurent et de l’avenue Van Horne (été 1980) www.gallery.ca

Source: Monquebec.net

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :