L’art à la rescousse de Griffintown

Griffintown, ancien quartier industriel à l’embouchure du canal de Lachine, est l’un des quartiers les plus anciens de Montréal.

En 2007, bien des montréalais entendaient parler pour la première fois du quartier Griffintown. Ce n’était cependant pas pour les meilleures raisons puisqu’il s’agissait d’un projet de redéveloppement du quartier dans son ensemble par le promoteur du Dix30 de Brossard qui proposait une démolition/reconstruction importante du secteur en vue d’en faire un Dix30 version grande ville sur la base de tours de 20 étages. Après une vive mobilisation et – surtout-  une crise économique, le projet dans sa forme initiale n’aura pas lieu et seul le secteur proche du bassin Peel, brillamment nommé « District Griffin»  sera développé.

Un redéveloppement surveillé

Ce projet de redéveloppement a au moins eu «l’avantage» de mettre un quartier en lumière et la pression immobilière exercée sur Griffintown a créé une urgence pour certains citoyens de s’occuper de ce quartier afin qu’il ne soit pas juste vu comme un terrain vague à reconstruire.

Ainsi plusieurs groupes comme le bien nommé Comité pour le sain redéveloppement de Griffintown oeuvrent pour un redéveloppement encadré,  dans le respect du lieu. Or depuis le «choc Devimco» de 2007, beaucoup d’autres projets concernant le secteur sont arrivés sur la place publique et ont suscité de vifs débats, comme en ont témoigné les consultations publiques tenues pour le projet de Quartier Bonaventure à l’est de Griffintown ou les bassins du nouveau Havre, sur le site de Postes Canada, à l’ouest du quartier. À ces grands projets, s’ajoutent les nombreux condos et lofts soit en reconversion de bâtiments industriels ( Lowney) soit en nouvelles constructions. Tout cela sous l’oeil vigilant des comités de citoyens, des associations de protection du patrimoine, et… des artistes.

La revitalisation par l’art dans Griffintown…

Aussi voit-on apparaître des initiatives à vocation artistique qui cherchent à reconstruire Griffintown de l’intérieur.

Griffintown Interrupted est un concours d’idées international. Le but du concours est de proposer des structures temporaires pour chacun des 5 sites sélectionnés lors d’une première étape (notamment les écuries Horse Palace ou le bassin Peel). Il s’inscrit dans une démarche de valorisation et d’exploitation des potentiels du lieu, en marge des grands projets de développement: « Pendant que le débat fait rage, Griffintown Interruption propose un troisième pôle pour la discussion, ni passé (restauration), ni à venir (réaménagement), mais présent. Comment régénérer la communauté actuelle dès maintenant ? Quelle action proposer alors que le projet est en suspens ?». Les propositions des équipes inscrites pourront être consultées sur leur site web du 1er au 14 décembre.

Corridor culturel de Griffintown

Ce regroupement d’initiatives culturelles a développé une vision: un lien entre les quartiers, un corridor, allant du Vieux-Montréal à Côte-St-Paul en passant par Griffintown et St-Henri.

«En redéfinissant dans nos esprits ce que ce secteur de notre ville est, et pourrait être, nous pouvons créer une nouvelle réalité. Nul besoin de mégaprojets pour changer les choses. Si un propriétaire foncier ou un petit promoteur choisit de construire sur un site ou de le redévelopper à des fins culturelles ou patrimoniales, cela fait un site de plus de ce genre dans le secteur.» peut-on lire sur leur site. C’est donc un redéveloppement orienté (vers la culture) et par opportunités qui est proposé.

… et ailleurs

Regénérer un quartier par les arts est une stratégie appliquée dans plusieurs villes à travers le monde, dans des formules diverses. Mais sans aller jusqu’au monumentalisme de Bilbao avec son  Musée Guggenheim, pensons à la revitalisation du quartier Saint-Roch à Québec. La Ville a en effet misé sur la rénovation des ateliers d’artistes déjà présents afin de définir un pôle artistique et culturel qui a par la suite attiré les industries du domaine, les lieux de diffusion et même des pavillons de l’Université Laval.

Un autre exemple intéressant est la ville industrielle de Sheffield, en Grande-Bretagne, qui a misé sur la rénovation plutôt que sur la construction et sur le secteur de la production culturelle plutôt que sur la consommation.

Lofts Lowney

Pour en savoir plus…

…sur TOUS les enjeux du quartier:

– Comité pour le sain redéveloppement de Griffintown, www.griffintown.org

…sur les projets:

– Les bassins du nouveau Havre: projet de la Société Immobilière du Canada, www.lesbassins.ca

– Quartier Bonaventure et Corridor Dalhousie: projet de la Société du Havre de Montréal,  www.havremontreal.qc.ca

– District Griffin: projet de Devimco, www.districtgriffin.com

…sur la revitalisation urbaine et les arts, à Griffintown et ailleurs:

La revitalisation urbaine basée sur les arts et les idustries culturelles à Sheffield, Royaume-Uni. Jonathan D.Jacob, Revue Urbanité, automne 2010, p.8, www.ouq.qc.ca

Corridor culturel de Griffintown- Réhabiliter par les arts.  Alain Hochereau, Voir, semaine 4 novembre 2010, www.voir.ca

Griffintown interruptedgriffintowninterrupted.net

– Corridor culturel de Griffintown: corridorculturel.co

Publicités
Comments
One Response to “L’art à la rescousse de Griffintown”
Trackbacks
Check out what others are saying...
  1. […] Une carte de GRIFFINTOWN datant de 1853   lien: https://liremontreal.wordpress.com/2010/11/12/lart-a-la-rescousse-de-griffintown/ […]



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :